À propos du centre Bophana

« Le Cambodge est un pays de jeunes à qui il faut donner une perspective. Le passé nous renseigne sur ce qui peut arriver demain, les images sont là pour nous faire réfléchir, pour nous nourrir, c’est notre force pour avancer. La formation permet de les analyser et de maîtriser la technique, la création ensuite nous permet de prendre la parole, d’exprimer notre regard, notre sensibilité.»
— Rithy Panh, co-fondateur du centre Bophana

Le centre Bophana collecte partout dans le monde les archives cinéma, télévision, photographie ou son sur le Cambodge pour offrir au public un accès libre à ce précieux patrimoine. Pour les Cambodgiens, c’est une porte ouverte sur des pans entiers de leur mémoire. Depuis son ouverture le 4 décembre 2006, plus de 240 000 personnes ont (re)découvert ces documents à Phnom Penh et dans toutes les provinces du pays. Pour les enseignants, les étudiants, les chercheurs ou les journalistes, c’est une base documentaire exceptionnelle. Aujourd’hui, près de 700 heures de vidéos sont proposées au public, depuis les premiers films des frères Lumière à la fin du XIXe siècle jusqu’à des fictions récentes de réalisateurs cambodgiens en passant par des reportages télé, des films d’ONG, des documentaires, les films du roi Norodom Sihanouk... Parallèlement, des centaines d’archives sont en cours d’indexation.

Depuis sa fondation, le centre Bophana défend un autre objectif fondamental : la formation des jeunes Cambodgiens par la pratique et par un accompagnement professionnel sur le long terme. Ainsi des documentalistes, des techniciens du cinéma, de l’audiovisuel et de jeunes réalisateurs ont appris leur métier dans nos murs. Le centre s’ouvre à présent au multimédia via des projets pilotes et une offre de formation en cours de préparation. Espace d’échanges ouvert aux artistes, le centre soutient la création sous toutes ses formes et produit des documentaires et des fictions sur le Cambodge qui constitueront les archives de demain. "Noces rouges", en particulier, a été remarqué dans de grands festivals dont Sundance et l’IDFA. L’ampleur prise par le cinéma et l’audiovisuel dans nos activités nous permet de gagner en autonomie et correspond à notre ambition de renforcer le secteur au Cambodge.

L'histoire du centre

Bophana, un symbole

Bophana a 25 ans lorsqu’elle est exécutée par les Khmers rouges et son corps jeté dans les fosses de Chœung Ek, le 18 mars 1977. Le même jour que son mari Ly Sitha. Pendant les cinq mois qui ont précédé, elle a été torturée et a livré plus de mille pages de confessions dans lesquelles elle raconte comment son père, enseignant et chef de district, a été tué dans une embuscade khmère rouge, comment elle a dû fuir sa maison et se réfugier avec ses deux sœurs dans la capitale de sa province, Kompong Thom.

Lire la suite »

Nos missions


Sauver et faire vivre la mémoire d’hier et d’aujourd’hui

La mémoire cambodgienne ayant été détruite par trois décennies de guerre, la collecte des archives cinéma et audiovisuelles permet de reconstituer peu à peu ce précieux patrimoine qui permet aux Cambodgiens à la fois de comprendre leur passé, bâtir leur présent et inventer leur futur.

La collecte d’archives a commencé en France puis s’est étendue à d’autres pays (les États-Unis notamment) et au Cambodge. Tous les documents retrouvés, que le centre fait parfois restaurer, sont mis à disposition du public sur la base de données trilingue (français, anglais, khmer). Des animations (conférences, débats, expositions, ateliers) font vivre ces archives pour qu’elles aillent à la rencontre de différents publics et qu’elles suscitent l’échange et la réflexion.


Former les techniciens et les créateurs de demain

Au Cambodge, 70% de la population est âgée de moins de 30 ans. Ces jeunes ultra-connectés ont une consommation d’images et un besoin d’expression immenses. Malheureusement, il n’existe pas de véritable cursus pour former aux métiers du cinéma et de l’audiovisuel.

Afin de favoriser l’émergence d’un regard critique et promouvoir une production cambodgienne de qualité, le centre Bophana forme des jeunes aux métiers de l’audiovisuel. Une fois leur formation terminée, ils sont disponibles pour répondre aux besoins de tournages locaux ou étrangers.


Les fondateurs

Rithy Panh est le réalisateur qui a donné en 2013 au Cambodge sa toute première nomination aux Oscars avec son film "L’image manquante". Il a remporté la même année le prix du jury dans la catégorie Un certain regard du festival de Cannes. Il est l’auteur de nombreux documentaires notamment "S21 ou a machine de mort khmère rouge" qui lui a valu le prestigieux prix Albert Londres en 2004.

Il a joué un rôle essentiel dans la création du centre Bophana aux côtés de Ieu Pannakar, sénateur et ministre d’Etat du Palais royal. Ce dernier a consacré sa vie au cinéma et à l’audiovisuel au Cambodge. Diplômé de l’Ecole de Vaugirard (devenue l’École Louis Lumière), il a été en charge de 1955 à 1970 des services cinéma, photographie et télévision de l’État, et il a formé l’essentiel des techniciens cambodgiens. A la chute du régime khmer rouge, en 1979, il reprend le flambeau pour que l’audiovisuel renaisse au Cambodge.

Le 25 juillet 2008, celui qui incarne la mémoire du cinéma et de la télévision cambodgienne, Ieu Pannakar, a été décoré "Officier des arts et des lettres" par l’ambassadeur de France à Phnom Penh, en présence de Rithy Panh

Board of Directors


Phloeun PRIM
Chairperson

Mr. Phloeun was born during the genocide in Cambodia, and raised in Canada. He is proud to have returned to Cambodia and be part of the movement to use the arts for healing, social transformation and economic development. Phloeun has spearheaded our transformation from a grassroots project reviving traditional arts to a leading cultural agency in Cambodia. Under his directorship at Cambodian Living Arts, we have extended our reach from local to international programming and to evolve its role from straightforward transmission of traditions to stimulating expression and innovation.


Sovichea CHEAP
Treasurer

He started to work in 1988 for local film production as a Camera Assistant.
He followed various technical trainings in France and Cambodia and soon became an Editor for national productions.
In 2002, he left the camera and editing to become Unit Production Manager, then became Line Producer on large foreign films productions shot in Cambodia. He also organized and followed most of the films productions of French- Cambodian filmmaker Mr. Rithy Panh.
In 2009, he is appointed Director of Cambodia Film Commission as he has the knowledge of the Cambodian administration system and knows as well the reality of films production.


Krisna UK
Chair of Development Committee

Krisna joined Association for Asian Studies in May 2017 and her role involves developing new strategic initiatives and events, as well as relations with funders. Prior to joining the AAS, She was Executive Director at the Center for Khmer Studies, an American overseas research center based in Cambodia, designing and running programs focused on the history, politics, and culture of Cambodia and neighboring countries in Southeast Asia. Her experience in Cambodia also includes overseeing landmine clearance programs and a period living in a remote village in the northeast of the country researching the impacts of the Indochina War on ethnic minority communities. This formed the basis for her PhD at Cambridge University. In addition to my interest in Asian art history and material culture, her favorite hobby is the practice of Muay Thai, or Thai boxing.


Cédric ELOY
Chair of Program Committee

Graduate in International Business and Management, Cedric Eloy has worked for the movie industry since 1998 when he started as General Secretary of the Amiens International Film Festival in France, an estblished festival dedicated to cinema of the southern hemisphere and involved in world events (Cannes, Fespaco, Montreal...).
In 2003 he set up the Picardy Film Commission in northern France, and has supported over 50 film shoots a year such as Jean-Pierre Jeunet, Stephen Frears and the famous HBO series Merlin.
In 2009, he is appointed International advisor of the newly created Cambodia Film Commission, an organization under the Ministry of Culture and Fine Arts of Cambodia to promote Cambodia as a film destination. In 2010, he also initiates the Cambodia International Film Festival (CIFF).
Since 2011, he is also actively involved in the Asian Film Commissions Network (AFCNet) in the board of director, bringing to Asia his experience of the European film industry and his worldwide network.


Kérya CHAU SUN
Member

She is spokesperson and advisor to the APSARA National Authority, after having established the Department of Tourism Development and the Department of Cultural Development, Museums and Heritage Standards of the institution.
Since 2004, she is a member of the Secretariat of the International Coordinating Committee for the Safeguarding and Development of the Historic Site of Angkor (ICC).
She is appointed since 2010 as National Focal Point for UNESCO's World Cultural Heritage.

Doctor of geography, Sorbonne University, she specializes in tourism, site management and cultural heritage.